Inquisiteur Taëtrius

Rooted Profile

Rooted Profile

MOU
INI
ATT
FOR
DEF
RES
COU
PEU
DIS
TIR
FOR/TIR
Portée
ARM/TIR
FOI
MAG
PA

10
4
5
7
6
9
5

7





2
?

1 Figurine par Carte

Concept : Rackham, Edouard Guiton

Sculpture : Todo

Profil : Rackham

Socle : Infanterie 3 Cm

Taille Unité : Moyenne

Classe : Inquisiteur

Rang : Champion Initié 2 Élite

Affiliation: Inquisition

Date de Sortie: Avril 2003
(Boite de jeu Rag’narok)

Équipement(s) :

Lame de Jugement

Compétence(s) :

Fanatisme, Commandement/ 10, Guerrier-Mage, Initié du Feu/ Rédemption
(Artefact/ 2, Contre-Attaque/ 2, Coup de Maître/ 0, Enchainement/ 1)

Compétence(s) Spéciale(s) :

Inquisiteur du Griffon.
Lorsque Taëtrius lance un sortilège. Son POU est augementé d’un popint pour chaque autre Inquisiteur du Griffon de son camp présent, même partiellement dans un rayon de 5 cm autour de lui. Le bonus total conféré par cette capacité ne peut pas dépasser POU +2.

Background :

Inquisiteur (Hybrid).
Taëtrius reposa avec satisfaction sa plume, puis il apposa son sceau sur la lettre. La question avait finalement eu raison de la volonté du templier capturé quelques jours plus tôt. Il était temps d’en informer le légat Ephaïs. Les laboratoires du code Hybrid seraient anéantis, puis viendrait le temps de mettre le Temple à genoux…

Nouvelle Confrontation.
L’Inquisiteur Taëtrius s’inquiéta du silence pesant qui régnait dans l’abbaye de cette province forestière de l’Akkylannie. Il détacha une partie de sa garde pour aller voir de quoi il en retournait… Quelques semaines plus tôt, les éminences de l’Eglise de Merin avaient localisé la précieuse relique qu’abritait, sans le savoir, cette petite communauté monastique : le Manuscrit des T’Hann. L’abbaye se trouvait à l’écart de toutes les routes de pèlerinage, aussi le Pape avait jugé utile qu’un tel artefact soit exposé dans le plus grand lieu de culte d’Akkylannie : la cathédrale d’Arcavia. Sa Sainteté avait confié la lourde responsabilité de cette mission à un homme de confiance, l’Inquisiteur Taëtrius. Une fois sur place, la délégation papale s’était étonnée de ne voir personne pour la recevoir, comme l’exigeait la coutume. A présent, la sérénité méditative de l’endroit faisait place à un silence suspect. Les gardes de Taëtrius revinrent quelques minutes plus tard. Ils n’avaient croisé aucun moine, ni dans le cloître, ni dans le réfectoire et encore moins dans le dortoir. L’édifice semblait étrangement désert et toutes les portes étaient ouvertes. Seule la chapelle de l’abbaye n’avait pas encore été visitée. Se pouvait-il que les moines fussent en prière à cette heure inhabituelle ? L’Inquisiteur voulut en avoir le coeur net et ordonna à son escorte de l’y accompagner. Aucun chant dévot ne filtrait à travers l’épaisseur des murs de la modeste chapelle. Celle-ci était manifestement très ancienne : la bâtisse ignorait tout des vitraux flamboyants qui illuminaient les nouvelles églises du dieu unique. L’envoyé du Pape Innocent poussa la lourde porte vermoulue avec respect et précaution, suivi de son escorte. Il fut aussitôt submergé par l’obscurité humide et pénétrante qui régnait en ces lieux ; l’unique rosace décolorée par le temps illuminait l’autel d’une lumière austère. Il fallut quelques instants aux guerriers de Merin pour s’habituer à la faible luminosité et distinguer le monticule irrégulier qui se dressait au fond du choeur. Taëtrius fit quelques pas en avant… Des cadavres humains ! Ces corps démenbrés était tout ce qui restait de la fraternité ecclésiastique de l’abbaye du Sentier des Douleurs ! Les guerriers de Merin dégainèrent leurs armes au moment où l’Inquisiteur mettait la main sur la garde de son épée. Les moines avaient été massacrés et leurs visages ensanglantés trahissaient sans peine l’horrible apparence de leurs bourreaux. Ce blasphème était manifestement récent. Taëtrius embrassa les entrailles de la chapelle du regard. Il fit signe à ses hommes de fouiller les lieux à la recherche du moindre indice. La rosace ternie et rongée par la moisissure éclata alors en mille éclats plus rayonnants que leur matrice ne l’avait jamais été. Un Wolfen à la silhouette massive venait de la traverser pour atterrir lourdement sur l’autel de pierre. Alors qu’il se redressait d’un geste prédateur, les disciples de la Vérité Unique purent distinguer son armure de cuir et de chaînes, ainsi que l’éclat métallique de son arme démesurée. Illuminée par la lumière immaculée qui parvenait désormais de l’encadrement de la rosace, la créature ressemblait à ces idoles avides de guerre et de sacrifices que les hérétiques adoraient dans leurs sanctuaires primitifs. Les guerriers de l’escorte de Taëtrius chargèrent pour protéger leur maître. Tel un fauve, le Wolfen bondit de son piédestal érodé par le temps et décapita le premier des Templiers de l’Inquisition qui s’étaient jetés sur lui. Surpris par la vivacité de l’assaut, leurs armures éclaboussées par la monstrueuse gerbe de sang engendrée par la mort brutale de leur frère, les Griffons hésitèrent une seconde puis reprirent la charge avec moins d’assurance. Une lance vint creuser un long sillon écarlate dans la cuisse de la bête. Possédée par quelque démon, celle-ci semblait ignorer la douleur. Elle se battait avec une intelligence et une perfidie que son aspect ne laissaient pas supposer… Taëtrius prononça quelques mots de pouvoir et sortit son épée du fourreau. Etait-ce par la présence d’un esprit maléfique ou pour venger la mort des enfants de Merin ? Qu’importe, la Lame du Jugement rougeoya jusqu’à devenir incandescente et troubler la silhouette de l’Inquisiteur derrière d’impressionnantes vagues de chaleur. La créature impie devait expier dans la souffrance et mourir ! Taëtrius fut interrompu dans sa quête de châtiment par un second Wolfen qui venait de fendre la porte de la chapelle en poussant un long grognement sinistre. De lui émanait la même aura terrifiante, la même allure cruelle que son congénère. Le regard de l’Inquisiteur croisa celui de son nouvel ennemi. Il percevait derrière chacun de ses gestes la présence insidieuse d’une entité malveillante et résolue à tuer pour son simple plaisir. Ces deux monstres n’avaient rien à voir avec ce que l’Inquisiteur Taëtrius connaissait des Wolfen. Il se souvint brusquement des rumeurs inquiétantes colportées par les Légionnaires de retour des lointaines croisades : elles mentionnaient l’existence d’une meute déviante, qui n’obéissait plus aux coutumes ancestrales d’Yllia. Ces Wolfen affamés de la chair des vaincus étaient surnommés les Enchaînés, les Profanateurs… Les Dévoreurs. …. A bout de souffle, Taëtrius retira son arme du corps de la bête. Le feu de sa lame faisait bouillir le sang dans un grésillement horrible et cautérisa immédiatement la plaie. L’Inquisiteur se tourna vers les derniers survivants de son escorte. Ils semblaient durement éprouvés par le combat, mais gardaient la tête haute. Les Soldats de Merin s’étaient battus avec vaillance et dignité : Taëtrius remercia le dieu igné d’avoir veillé sur ses fidèles et lui dédia cette sanglante victoire. Il déclara alors d’une voix solennelle : – « L’hérésie a trouvé de nouveaux serviteurs… Ceux qui se dresseront contre la volonté de Merin nous trouveront toujours en travers de leur chemin. »

Cartes Profil Confédé et Autres :

Concepts :